Black Panther crée la surprise en menaçant les records de l’indétrônable Star Wars

Written by on 26 mai 2016

Le super-héros de Black Panther se hisse en première place du box-office nord-américain et engrange plus de 242,2 millions de dollars sur ses quatre premiers jours d’exploitation. Sa bande originale, supervisée par Kendrick Lamar trône elle aussi au sommet du Billboard 200, le classement des meilleures ventes d’albums.

Résultat de recherche d'images pour "black panther"

La dernière production de Marvel va-t-elle détrôner la saga intergalactique? Les aventures du premier super-héros noir, Black Panther, sont en passe de pulvériser tous les pronostics. La superproduction Marvel s’est hissée en première place du box-office nord-américain dès sa sortie. Le long-métrage a déjà engrangé plus de 242,2 millions de dollars sur ses quatre premiers jours d’exploitation aux États-Unis. Et bat quelques records. La Panthère noire réalise le meilleur lundi de l’histoire du cinéma, cumulant 40,1 millions de dollars. Dépassant ainsi le colossal S tar Wars: le Réveil de la Force , sorti en 2015.

Des chiffres dépassant largement les attentes, déjà colossales, des pronostics. Le blockbuster a également battu le record du meilleur démarrage pour un week-end de Presidents Day, comptant un lundi férié. Il s’approprie la première place du podium, jusqu’à maintenant détenue par Deadpool, sorti en 2016, qui avait additionné 152 millions de dollars. Sur ses trois premiers jours, Black Panther a ainsi effectué le cinquième meilleur démarrage de l’histoire. En France, Black Panther comptabilise déjà un million d’entrées en moins d’une semaine.

Dernier opus des studios Marvel, filiale du géant Disney, Black Panther a été réalisé par le metteur en scène afro-américain Ryan Coogler (Creed, Fruitvale Station). Il s’est entouré d’acteurs noirs, parmi les plus charismatiques et prisés d’Hollywood, dont Chadwick Boseman, l’oscarisée Lupita Nyong’o, Angela Bassett, Forest Whitaker, Daniel Kaluuya… Qualifié de «phénoménal» par la présentatrice Oprah Winfrey, Black Panther ne semble pas avoir fini de surprendre.

Le réalisateur, Ryan Coogler, a d’ailleurs fait publiquement part de sa reconnaissance à travers une lettre ouverte, publiée sur le compte Twitter des Studios Marvel, ce mercredi 21 février. «Nous espérions tous au fond de nous que les gens viendraient voir un film sur un pays fictif en Afrique, composé d’un casting de gens aux descendances africaines (…) Le fait de voir des gens de toutes classes sociales porter des vêtements qui honorent leur héritage, prendre des photos à côté des affiches du film avec leurs familles et leurs amis, parfois même danser dans le hall des cinémas, nous a souvent ému jusqu’aux larmes avec ma femme», a-t-il écrit.

Un succès similaire pour sa bande originale

Sa bande originale connaît un succès tout aussi impressionnant. Supervisée par Kendrick Lamar, qui vient de raffler cinq Grammy Awards, elle réunit le gratin du rap et du R&B. De The Weeknd en passant par SZA, Khalid et James Blake. Black Panther: The Album fait ainsi son entrée sur la première place du Billboard 200, le classement des meilleures ventes d’albums aux États-Unis. Selon le site musical américain, il s’agirait de l‘un des meilleurs démarrages pour une bande originale depuis plus d’un an. Plus de 154.000 exemplaires se sont écoulés en une semaine, dont 52.000 albums physiques. Le dernier record était détenu par celle de Suicide Squad, s’était vendu à 182.000 exemplaires durant la dernière semaine d’août, l’été dernier.

Un blockbuster politique et social

Le phénomène Black Panther touche également la classe politique. Sous le couvert d’un divertissement, le film résonne dans l’Amérique d’aujourd’hui. «Félicitations à toute l’équipe de Black Panther. Grâce à vous, de jeunes gens vont enfin voir des super-héros qui leur ressemblent sur grand écran. J’ai adoré ce film et je sais qu’il va inspirer des gens de tous les milieux à se dépasser et devenir les héros de leurs propres histoires», a posté Michelle Obama sur Twitter.

À l’heure où les États-Unis s’interrogent sur la représentation des minorités, l’héritage de l’esclavagisme dans le pays, les whitewashing au cinéma, le film de Ryan Coogler tombe à point nommé. Les associations ne s’y sont pas trompées. Le mouvement antiraciste Movement for Black lives surfe sur le succès du film pour faire la promotion de son programme Electoral Justice Project. Le groupe a lancé un appel aux Africains-Américains: s’inscrire sur les listes électorales avant les élections de mi-mandat prévues le 6 novembre 2018. «Nous n’avons pas besoin d’être des super-héros pour #wakandathevote», délivrent-ils sur leur site Internet, en faisant référence au royaume du Wakanda, le pays fictif imaginé par Stan lee et Jack Kirby en 1966.

Tagged as

Urban Africa

Current track
TITLE
ARTIST

Background